Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Une journée calme pour le soldat. (PV)

Invité
avatar
Invité
Une journée calme pour le soldat. (PV) - Jeu 31 Mai 2012 - 21:11
Hmmmmmm... Je n'ai jamais vue de tel architecture, la disposition de ces bâtiments, l'entourage et enfin que l'on donne à cet ensemble la Deus Académie... Académie, je ne sais même pas à quoi ça peut servir, déjà que dans ma vie antérieur je n'en ai nullement besoin pour apprendre à lire et à écrire, car je l'apprends au cours de l'art martial qu'est l'armée, le militarisme. Je ne me souviens même pas de mes parents, je sais juste qu'ils m'ont livré au campement Russe pour que je sois formé et éduqué pour devenir un soldat. Que du bon vieux temps, j'étais le plus jeune et forcément le souffre douleur de mes camarades, c'est ce qui me forge le caractère et c'est sûrement à cet instant précis que j'ai crée un double de moi. A chaque fois que j'ai un trou noir il y a généralement un carnage, je ne sais pas comment ni pourquoi, on m'a tout simplement dit que j'étais incontrôlable. Depuis jeune j'ai été donc emmené dans un camp d'entrainement spetsnaz, histoire que je sois bien discipliné et qu'un jour je serrai un soldat à prendre l'exemple, c'est ce qui était arrivé, juste avant que je crèves... En tout cas ma nouvelle vie ne me déplait pas du tout, au contraire, ça change d'air. Je n'ai plus besoin de retourner sur le champ de bataille ou le stresse monte en moi et pour finir par pété les plombs, j'ai peur de laisser mon côté maléfique surgir au plus profond de moi.

Mon premier jour, la première fois que j'ai mis pied dans ce monde, j'avais pensé à quelque chose du genre être incarné dans un monde différent que la terre, depuis un moment j'ai pensé à mener une nouvelle vie, quelque chose qui va me changer d'air, c'est bien le cas, à une chose près... J'ai découvert, par la parole d'une personne, que je suis l'incarnation de la guerre, la guerre... Où que j'aille, dans n'importe quel endroit, mon âme est voué à faire couler du sang sur le sol, j'insuffle la violence et la barbarie, la destruction et le chaos, le désespoir n'existe pas, seul la volonté de combattre est la raison de ma présence.

Ces... Directeurs et directrice ont été très aimable de m'expliquer dans quoi je suis impliqué, bien que j'ai du mal à croire, hélas je ne peux que m'y soumettre. Je suis chargé, enfin de mon propre grès, d'instruire à mes futurs sol... Hahem, à mes futurs élèves l'art du combat ou bien le plus justifié est l'art de la guerre. On m'avait laissé le choix de devenir professeur et je pense que ce n'est pas plus mal que d'être un surveillant ou encore mieux, jardinier... Bref, pour ce jour il n'y aura rien de tel, aujourd'hui serra un jour calme auquel je vais me consacrer uniquement dans la visite de l'établissement. Actuellement je me trouves devant cet immense horloge, ça me fait pensé à celui de Londres, comment ça s'appelle déjà ? Ah oui! Big Ben, hahahaha jamais je ne l'oublierai je pense, vraiment pas mal, mais ça ne vaut pas celui de Moscou. Celui-ci est assez spécial, on va dire que sa forme Unis bien des choses dans la tradition de différent pays, pourquoi pas la tour de Babel hein ? Et là, juste sur ma droite c'est le grand temple de l'Académie, c'est là que je suis apparu pour la première fois. Hmmm ? Mon regard porte attention à une personne qui commence à s'approcher dangereusement de moi, qui ça pourrait bien être, l'un des trois directeur ou directrice ? Un élève ? Un enseignant ? Après tout, nous sommes dans un école, pas de violence voyons... Enfin... Oui.
♠ Petits messages : 1681
avatar
Être tout-puissant
Être tout-puissant
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une journée calme pour le soldat. (PV) - Jeu 31 Mai 2012 - 21:48
Une journée calme pour le soldat.


* Quelle chaleur ! C'est presque insupportable ! Il faudra que l'on installe un ventilateur géant dans la cour.*

Ce jour là, en effet, la température montait à 26 degrés et l'air sec rendait cette chaleur encore plus désagréable. Colombe marchait au milieu de la cour, écrasée sur elle-même, elle ne supportait pas la chaleur et semblait être devenue un zombi. Les élèves autour d'elle l'évitaient et prenaient peur, mais aucun ne songea à lui faire de l'ombre ou lui donner à boire.

* Mauvaises élèves ! * pensait-elle.

Sans le vouloir, elle avait depuis quelques minutes répandu des plantes libérant des spores hallucinatoires et on la voyait alors sous la forme que l'on le souhaitait. Une fois en jeune fille belle et pleine de vie, une autre fois en un vieillard de 90 ans et parfois même en un monstre répugnant. Peut-être était-ce pour cette apparence incontrôlée que l'on la fuyait ?

Elle sortait d'un cours effroyable où elle avait dû remplacer un professeur absent et tenir une classe qui n'écoutait rien et n'en faisait qu'à sa tête, Colombe crut bien en tuer un ou deux. Mais non, de la part de La Directrice, elle devait être un véritable exemple pour les professeurs et les élèves.

La grande horloge se dessinait à l'horizon, enfin elle allait avoir un peu d'ombre pour s'allonger sur le sol et dormir jusqu'aux douceurs de la nuit. Celle-ci avait été dessiné par Colombe puis construite par les deux autres directeurs. Avec modestie, elle était assez fière de son ouvrage qui mélangeait l'architecture orientale et occidentale.

Un jeune homme aux cheveux verts se tenait déjà devant la majestueuse horloge, il semblait quelque peu pensif. Il était déjà bien âgé, surement était-il un professeur de combat ou de magie. Colombe se ressaisit alors et s'approcha de lui en souriant :

" Bonjour, que fais-tu ici seul ? Est-ce que tu es perdu dans l'académie ? C'est vrai que, quand on ne connait pas, c'est à s'y perdre !
Je t'avouerai bien que moi-même, je me perds souvent."


Puis, sans demander un avis, elle créa autour d'eux quelques arbres pour apporter de la fraicheur, un pommier pour son fruit et un tapis d'herbes et de fleurs au sol où elle s'installa confortablement.

" Tien, c'est du fait-maison, tu en veux une ?" proposa-t-elle au jeune professeur en lui tendant une pomme rouge et bien mûre.


« Donnez-moi des héros, et je vous écrirai leur tragédie. »
Invité
avatar
Invité
Re: Une journée calme pour le soldat. (PV) - Jeu 14 Juin 2012 - 1:38
Paumé. De tous les mots pouvant décrire absolument tout et n’importe quoi, c’est sans doute celui qui correspondait le mieux au personnage et à la situation l’accompagnant dramatiquement. Le pauvre petit bonhomme sortait de ce qui semblait de loin être l’internat et lançait ses yeux dans toutes les directions, partagé entre la furieuse envie d’admirer le magnifique panorama et l’implacable nécessité d’aller dans le bâtiment à la position inconnue où il était sensé donné cours. Sa valise se balançant au bout de son bras, il continuait de marcher à son rythme maladroit et irrégulier.

Après tout, l’arrivée dans l’école avait été une sacrée surprise. Vous avez déjà essayé de mourir, de ressusciter dans un corps qui n’est pas le votre, d’être accueilli par un type qui disparaîtra quelques secondes plus tard dans un énigmatique nuage de fumée ? Moi je vous le dis, ça laisse une sacrée drôle d’impression.

L’apprentissage sur le tas a ses bons et ses mauvais côtés, et la seule chose que le bonhomme a réussi à découvrir est qu’il était effectivement là pour enseigner et non pas pour pêcher le calamar sur la plage. C’est dans cette optique qu’il était là, dans cette chaude matinée, à chercher là où devaient avoir lieux les cours. D’ailleurs, il ne savait concrètement même pas si oui ou non il devait bien donner cours dans la journée ou les suivantes, et si oui, à quelles heures. Il avait surement du recevoir un emploi du temps, mais où était il ? Peut être dans un casier lui étant réservé, ou même dans sa chambre à un endroit qu’il n’avait par mégarde pas regardé ? Quoi qu’il en soit, il ne servait à rien de se poser des questions, il était déjà maintenant trop loin de l’internat et faire marche arrière maintenant ne serait qu’une seconde perte de temps, qui n’est ici pas forcément nécessaire.

Aujourd’hui étant une chaude journée, Kneas n’avait sur le dos qu’une chemise blanche surmontée d’une cravate noire. Son pantalon et ses chaussures partageaient vraisemblablement l’humeur de la suscitée cravate, puisqu’étaient du même noir.

Kneas posa sa valise, mit ses mains sur ses hanches et se pencha légèrement en arrière, pour s’étirer. Sous le poids étouffant de la chaleur, il desserra légèrement sa cravate et ouvrit sa chemise d’un bouton supplémentaire, lui permettant de respirer un peu plus agréablement. Il se remit droit et regarda devant lui pendant quelques secondes pour y voir quelques arbres, source d’ombre et douce Éden au milieu d’un enfer de chaleur. Il saisit sa valise et marcha en direction de ces arbres, pour s’y détendre quelques minutes. Après tout, il n’était pas si pressé que ça, si ?

Il passa à travers l’épais tapis de feuilles pour y trouver un second tapis fait d’herbe. Au sein de cette végétation improvisée, la température était bien plus vivable et on sentait la même fraîcheur qu’au printemps. Kneas sourit et commençait à s’asseoir, quand il aperçut deux personnes, il ne put par ailleurs identifier ni l’une ni l’autre. Déjà assis, il se laissa surprendre, et observa les deux personnes assez attentivement. Il dit, assez maladroitement :

" Euuuh… Bonjour ! Il fait beau aujourd’hui, n’est-ce pas ? Ahah ! "

Son rire maladroit final n’était pas réellement nécessaire, et il se sentait assez mal à l’aise, sentiment qu’il cacha derrière un sourire qui laisserait le plus crédule des naïfs suspicieux.
Invité
avatar
Invité
Re: Une journée calme pour le soldat. (PV) - Ven 15 Juin 2012 - 20:44
Chaud, bien trop chaud, c'était tout ce qui importait à Kiran, professeur dans une école faite uniquement pour les apprentis-Dieux, ceux qui plus tard auraient l'immense honneur d'avoir à leurs bottes de nombreux adeptes mais également ceux qui recevront bientôt les plus grandes injures des mortels qui n'ont pas foi en eux. En tant que professeur, il se fichait bien d'avoir derrière lui un grand nombre de croyants ou non, cela lui importait peu, il n'était de toute manière pas ici par choix, mais plutôt par contrainte. En effet, avoir dormi pendant plusieurs siècles pour finalement se réveiller dans un monde totalement différent de celui que vous avez connu, tout ça pour devenir un formateur, celui qui ferait de ses élèves les futurs dirigeants d'un monde corrompu et où la haine est plus présente que la solidarité. Lorsqu'il était arrivé ici, une femme l'avait accueilli, il ne la connaissait pas, mais elle était la directrice de cette école plus que spéciale. Lors de cette rencontre, il s'était contenté de garder bouche close, afin d'éviter toute remarque aussi intempestive qu'elles pourraient l'être. Alors qu'il avait eu l'habitude de vivre dans un monde où tous vivaient dans de simples maisons qui s'écroulaient au gré du vent, où rien d'autre que l'envie de survivre n'animait les gens, il tombait désormais dans une époque bien différente, une ère où une technologie bien plus évoluée était apparue. Alors qu'il commençait à peine à s'habituer à ce qui se présentait sous ses yeux, on lui avait déjà demandé de présenter un cours. Bien entendu, ce n'était pas n'importe quel cours qui s'imposait à lui, non, il devait former deux ou trois jeunes hommes en devenir dans le secteur divinatoire de la guerre, c'était donc un cours sur les tortures qu'il avait du donner. Ce fût une véritable régale, surtout ce fameux passage où l'un des volontaires a par inadvertance senti son bras se disloquer. Oui, j'ai sans doute oublié de vous dire, lorsqu'il est arrivé ici, Kiran a appris avec beaucoup de plaisir qu'il était considéré comme le Dieu de la douleur, celui vers qui les larmes monteraient lorsque la douleur mentale serait trop intense, celui vers qui les cris se dirigeront lorsque la douleur physique sera trop importante. Kiran D.Verkur, le Dieu de la douleur, un plaisir à l'en faire sourire. Il avait tellement souffert dans son passé, qu'il trouvait normal que désormais, ce soit à lui de faire souffrir les autres.

Quelle plaie ... pensa-t-il à voix haute alors qu'il passait juste à coté de l'élève qui s'était plus tôt blessé malencontreusement lors de son cours. Les élèves, ce n'est plus ce que c'était. Il se souvenait encore, de son temps, moment où même les enfants de 6ans étaient plus solides que ces femmelette qu'on lui demandait de former. Il tournait la tête, fixait dans les yeux un autre élève, qui tourna immédiatement le regard. Satisfait, le professeur se mit à sourire et continua sa route vers un lieu plus propice à se reposer. En effet, il sentait le besoin de s'allonger quelque part, de fermer les yeux et de ne plus penser à rien, occupation principale pour ce jeune homme de plusieurs siècles depuis son arrivée dans cette académie qu'il trouve déjà terriblement ennuyante et où la vie y est étrangement monotone.

Marchant toujours tout droit, il arriva bientôt dans ce qu'il aurait pensé être normalement une zone sans grande verdure, mais tomba vite sur un pommier, qu'il n'avait jamais vu là auparavant. Surement l'oeuvre d'un autre de ces élèves stupides qui pensent que leurs pouvoirs servent à s'amuser à tout bout de champ. Et puis, alors qu'il était toujours caché derrière l'arbre, dont le tronc était plus large que son corps assez svelte, il entendit une petite voix plutôt gênée, il passa la tête et pu apercevoir finalement la directrice et deux autres personnes, qu'il avait très certainement déjà croisé quelque part dans un couloir mais dont il n'avait pas retenu le visage. S'approchant calmement, un visage toujours vide de toute expression amical ou hostile, il se posta près du blondinet déjà à terre et se laissa tomber sur les fesses, avant de laisser s'échapper sans retenue un grand SALUT, A l'aise ?
Invité
avatar
Invité
Re: Une journée calme pour le soldat. (PV) - Dim 24 Juin 2012 - 15:31
Je continuai à contempler ce monument jusqu'à ce qu'une autre personne s'approche derrière moi, je pouvais entendre ses pas irrégulier grandir jusqu'à mes oreilles, c'est une chose qui m'inquiétait un peu et je voulais voir qui est la personne voulant s'y prêter attention à moi et à ma plus grande surprise ce fut l'une des directeurs de l'académie, bien que je ne l'ai vue qu'une fois je peux déjà en déduire qu'elle en est une pour une simple raison est qu'elle était là, avec ses deux collègues pour se présenter devant tous. Néanmoins quand je vois sa tête vaciller de droite à gauche et des sueurs tombant tout au long de son visage jusqu'à s'éteindre au sol dans l'évaporation. Bien qu'elle m'ait vue elle se ressaisit pour faire mine de rien et se présenter comme il se doit de l'être devant quelqu'un:

" Bonjour, que fais-tu ici seul ? Est-ce que tu es perdu dans l'académie ? C'est vrai que, quand on ne connait pas, c'est à s'y perdre ! Je t'avouerai bien que moi-même, je me perds souvent."

"Hmmmm... Je ne fais qu'admirer ce monument qu'est l'horloge, puis je visite un peu partout pour découvrir et découvrir encore le domaine dont je n'ai jamais vécu qu'a part la guerre..."

Sans que je puisse me rendre compte des arbres ont poussé autour de moi, surprenant, le sol en est recouvert de fleurs et d'herbes, en si peu de temps elle vient de crée une oasis, sans eau. Je suis témoin d'un grand pouvoir béni de vie, c'est digne d'une directrice avec ce visage innocent. De sa main délicate tenant une pomme venant la tendre devant moi :

" Tien, c'est du fait-maison, tu en veux une ?"

"Sans refus, merci" dis-je après un instant de silence

Puis j'ai commencé à mâcher dedans après l'avoir pris de ma main. Pendant ce temps une autre personne fait son apparition, cette fois ce fut un gringalet au cheveux d'une couleur si blanche que cela reflète à de la neige, pourtant bien jeune et d'une innocence sans borne quand je vois son visage qui celui-ci nous regarde à son tour pour finir d'être surpris par notre présence. Il nous a pas vue dirait-on:

" Euuuh… Bonjour ! Il fait beau aujourd’hui, n’est-ce pas ? Ahah ! "

"Hmmmmm... Certe, même beaucoup trop, mais c'est la vie"

Puis une autre personne se pointe pour se joindre à nous, quelqu'un d'assez direct et sans retenu, et comme par hasard celui-ci est particulier, juste ses cheveux m'ont taper à l'oeil, bleu. Hmmmm... Maintenant que je regardes ces trois là ça me fait penser à quelque chose, ah oui! Leurs couleurs, c'est celui de notre drapeau, le drapeau de la Russie! Hahahahaha! Je rigole intérieurement, mais de léger rire s'échappe discrètement de ma bouche moqueur, c'est tellement marrant de voir de tel couleur arriver au même endroit et par pure hasard, bref.

"Vous vous êtes tous réunis ici, mais je ne vous connais pas, il est temps de se présenter, Yuri Dragunov, professeur en charge pour le combat à distance et vous êtes ?"
♠ Petits messages : 1681
avatar
Être tout-puissant
Être tout-puissant
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une journée calme pour le soldat. (PV) - Sam 7 Juil 2012 - 12:36
La jeune directrice ne savait pas si de l'ombre ou de la végétation ce qui pouvait bien attirer les curieux mais deux autres personnes se joignirent dans le petit groupe. Ils semblaient tout deux assez âgés, des professeurs certainement. Colombe était donc la seule à ne pas être un professeur.
La discussion commença sur le beau temps, rien de vraiment passionnant, la jeune femme avait envie de se plaindre à haute voix sur la température beaucoup trop élevée pour elle mais son statut de directrice l'en empêchait.

* Allons, un peu de tenue ! *

C'est uniquement lorsque Yuri Dragunov, professeur de combat à distance se présenta que Colombe commença à dévisager ces professeurs. L'un était assez grand, les cheveux bleu ciel, le regard un peu froid mais c'était un beau jeune homme. Le second paraissait plus jeune, plus enfantin, fragile mais adorable, avec une touffe de cheveux qui lui donnait l'air d'un vieillard. Le dernier, un homme qui semblait fier et robuste aux cheveux d'une étrange couleur verte. Le bleu ne choquait pas Colombe, mais le vert était assez étrange, cela lui rappelait la pelouse que son jardin personnel qu'il fallait qu'elle tonde depuis un bon mois.

Enfin bref, la jeune directrice se dit que ce n'était pas une bonne idée de dévoiler son identité, surtout si certains d'entre eux l'avaient vu marcher dans la cour avec l'allure d'un bonhomme de neige qui gesticule sur une plage en plein été (même si colombe n'en a jamais vu).
Elle se fit alors passer pour un professeur :

« Bonjour, je m’appelle Colombia et je suis un professeur de remplacement. C'est à dire que lorsqu’un professeur est absent ou ne peut pas assurer un cours, je m'occupe de sa classe pour une heure ou deux. Enchantée de vous connaître ! »


« Donnez-moi des héros, et je vous écrirai leur tragédie. »
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: Une journée calme pour le soldat. (PV) - Ven 24 Aoû 2012 - 18:38
Yuri -> 90 xp's
Colombe (DC) -> 90 xp's
Kneas -> 45 xp's

Et bien, c'est dommage, c'était un bon début malgré tout. La prochaine fois, essayez de continuer jusqu'au bout ;)
Contenu sponsorisé
Re: Une journée calme pour le soldat. (PV) -
Une journée calme pour le soldat. (PV)
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La ration du soldat
» Une nouvelle vie pour un soldat.
» Une journée à Soissons
» Pétition pour sauver les galgos. (lévriers espagnols)
» Une idee d'occupation pour les retraites

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page