Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Abricots tachés de sang [Pv. Namari Umoo]

Invité
avatar
Invité
Abricots tachés de sang [Pv. Namari Umoo] - Mer 24 Oct 2012 - 13:52
Je prenais un peu de repos pour aller me promener au parc aux abricots. Non pas que le travail de l'infirmerie m’accable mais... je n'aime pas travailler. C'est aussi simple que ça. Je marchais sans but pour ainsi dire, ne cherchant rien d'autre qu'un peu de vide. L'atmosphère de cette académie me paraissait étrange. C'est comme si je me sentais chez moi et comme si tous les autres aussi. Même les nouveaux ont l'air de s'habituer très rapidement à cette nouvelle "vie". Je soupira alors bruyamment en arrêtant ma marche. Ma mort... Comment ai-je pu mourir aussi bêtement. Un vampire qui meurt... par overdose de sang, mais qui a t-il de plus honteux?

J'observais attentivement les arbres fruitiers. Quelque chose me fit réfléchir. On aurait dit que ces fruits avaient des vertus plutôt étranges. Je m'avançais vers un des arbres, mordit mon doigt et déposa une goutte de sang sur un des fruits. Je ne saurais décrire la réaction, mais ce fut époustouflant. Y a pas à dire, je ne goûterais jamais ces abricots. Je m'éloignais lentement de l'arbre, cherchant un coin ombrageux pour m’asseoir. Et c'est au bout de quelques minutes de marche que je finis par trouver. Un magnifique coin, bien à l'ombre, température parfaite. Je m'assis et prenant soin de bien replier ma robe. Je posais ma tête contre le mur derrière mon dos.

Je sursauta. J'avais fermé les yeux à peine un instant et le sommeil m'avait emporté. Je me frotta lentement les yeux. Je me sentais néanmoins un peu seule dans ce grand parc...
Invité
avatar
Invité
Re: Abricots tachés de sang [Pv. Namari Umoo] - Jeu 25 Oct 2012 - 15:36
Namari était une créature nocturne à plus d'un titre. Non il n'était pas comme ces vampires qui ont une aversion brutale pour la lumière du soleil, disons plutôt qu'il se sentait plus à l'aise et en sécurité dans la pénombre qu'en plein ce qui était tout à fait logique pour un ancien voleur aux origines chiroptériennes. Comme à son habitude, il passa par sa fenêtre ainsi que par les toits de l'internat pour se déplacer autour de la zone et admirer la lune paisiblement. Pas des plus sociable, il aimait le calme qui régnait ici, c'était d'un reposant vous pouvez à peine imaginer. Un peu de musique sous la forme d'une de ces petites machines humaine que l'on nomme mp3, dont la sélection était plus dure à mettre à jour qu'il n'y paraissait, et voici que notre jeune homme se mit à danser sous le clair de lune. Assez cliché certes, mais Namari s'en sortait avec les honneurs sa silhouette fine et ses mouvements agiles lu permettant d'organiser une chorégraphie des plus hypnotisante. Manquant tout de même de tomber sur le dernier pas à cause d'une tuile un peu trop instable, il put alors entrapercevoir quelque chose auprès de l'internat. On aurait dit......des arbres fruitiés. Non seulement ça, mai toute une infrastructure basée sur le repos et le ressourcement semblait construite autour de ce bois encore vert par endroit. Intéressant. Prenant son élan et sautant de le vide Namari usa de son pouvoir pour réussir à planer jusqu'à cet endroit relativement proche en toute sécurité. Franchement, ces nouveaux joujous le mettaient en joie. Il avait déjà planer avec un tel dispositif mais jamais aussi efficacement ou si loin, c'était comme s'il venait de retrouver une partie de l'ivresse animale que provoquait le vol: Cette sensation de liberté absolue et de quasi toute puissance que l'on a quand on réussi à choisir efficacement son chemin à travers les courants ascendants et autres dépression. Car oui, utiliser la portance d'un bout de tissu aussi résistant soit il pour planer ça n'a pas que des avantages en particulier pour choisir une direction claire et précise! Prenez le cas présent, certes il s'était envoler vers l'endroit général où il désirait atterrir mais que l'expérience ne se passa pas aussi bien que son tout premier essai. Dame nature était joueuse ce soir et d'une petite brise elle fit s'écraser Namari en modifiant sa trajectoire au dernier instant, la déviant sur la droite de ce qu'elle aurait dût être. Un bruit sourd retentit alors que l'apprenti dieu ne se mangea le tronc en pleine poire, qu'il ne dégringola sur les branches craquant sous son poids et se barrant une à une de sa chute pour ENFIN se retrouver accroché par son Obi à l'extrémité de l'une d'entre elles. Oui, c'était complètement pathétique.

Il se tenait le nez, ou du moins la zone où se trouvait ce dernier sous son masque, à l'aide de l'une de ses mains alors que l'autre n'appuyait sur autre endroit douloureux de son anatomie: son front. Ce dernier saignait légèrement, dégoulinant lentement sur tout son visage pour venir tomber sur les feuilles en contrebas en émettant de petits "plics" et "plocs" qui donnent à certain l'envie de s'arracher les oreilles en pleine nuit quand il s'agit d'un robinet qui fait ce charmant boucan. Notre jeune ami tenta de reprendre ses esprits, secouant sa tête de droite à gauche dans le processus et s'agitant légèrement sans se rendre compte que la branche le retenant pliait déjà. Sa vision, jusque là embrumée, s'éclaircit lentement quand soudain un léger craquement se fit entendre lui laissant l'occasion de savoir ce qu'était "avoir la chaire de poule" ou encore sentir quelque chose de glacé vous remonter le long de la colonne vertébrale. Sa position devint instable à l'instant même où il se rendit compte de la situation épineuse dans laquelle il se trouvait, il tenta donc de trouver quelque chose pour s'accrocher tout en se libérant de l'emprise de l'arbre. Trop tard malheureusement

"Oh non, pas encore." dit il avant que la branche ne lâche enfin

Et ce fut une nouvelle chute, cette dernière le malmenant moins que la précédente mais se révélant tout de même assez douloureuse. Mais le pire était à venir: L'atterrissage, chose qu'il redoutait ardemment. Le feuilalge s'éclaircit, lui laissant un aperçu de ce qu'il y avait en contrebas, aussi flou soit il. Du sol.....et un mur! Avec le bol qu'il avait aujourd'hui, le truc le plus dur allait être pour sa pomme s'il ne faisait rien! Il commençait à regretter un peu son élan de fougue et sa trop grande confiance en son nouveau pouvoir, mais il devait agir! Il tenta de s'accrocher au tronc sans grand succès avant de se rabattre sur les branches qui lui fouettaient le visage, du moins juste avant qu'il ne s'en mange une plus grosse dans la cage thoracique lui coupant littéralement le souffle. Il dégringola de plus belle, tel un pantin désarticulé sa conscience légèrement effacée laissant la place à l'un de ses instincts primaire hérité de sa forme animale d'autrefois. D'une cabriole pour le moins étrange et indescriptible, en plus d'être laide et ridicule, il réussi à utiliser ses jambes pour s'accrocher à la toute dernière branche de l'arbre, celle la plus proche du sol, se retrouvant à pendre misérablement la tête à l'envers. Torché et encore sous le choc d'être entier après une telle expérience il n'eut pas le temps de reprendre son souffle car un nouvel élément venait de rentrer dans l'équation: Une fille. Il était nez à nez avec elle, tel un spiderman et sa Marie Jane. Il tenta de ne pas faire plus de bruit qu'il n'en avait fait jusque là, la demoiselle étant endormie. Il resta donc ainsi de longue secondes, son sang perlant en silence dans l'herbe alors qu'il n'observait cette petite beauté endormie contre son pan de mur. Elle avait une mèche qui cachait en partie son visage timidement éclairé par la lune, Namari tendit la main pour la pousser sur le côté lentement mais se retint au dernier moment et se mit à essayer de se défaire de ce nouveau faux pas. Il se plia en quatre, examina dans quel pétrin il était et se rendit à l'évidence qu'il était coincé et que l'usage de son épée allait être nécessaire. Se remettant en position "couchée, il soupira devant son incompétence en cette soirée, pas mal énervé par cet enchaînement de malchance et de conneries sans nom. Il fit la moue, resta quelques instant à regarder le sol d'un air songeur puis releva le nez en direction de la demoiselle endormie les yeux grands ouverts cette fois ci. Il resta silencieux, une expression neutre arborant son visage, alors qu'il ne la fixait en se disant qu'il était bel et bien en plein milieu d'une soirée de merde.
Invité
avatar
Invité
Re: Abricots tachés de sang [Pv. Namari Umoo] - Ven 26 Oct 2012 - 16:01
Je me retrouvais maintenant face à face avec une créature étrange. Je ne saurais exactement comment le décrire, mais il était... étrange. Je me leva d'un seul bond. Ma première réaction aurait été de dégainer mon katana, mais en plein milieu d'un parc, le meurtre ne serait pas à mon gout. J'observais l'ennemi dans toute sa longueur. Il n'avait pas l'odeur d'un repenti, il devait donc être un gentil élève. Encore une personne à embêter. Je m'avançais vers l'homme tout en n'arrêtant pas de le regarder. Je tournais autour de lui, comme une louve autour de sa proie. Qui sait, peut-être arriverai-je à boire un peu de son sang. A cette pensée, un sourire apparut sur mon visage.

Une tout autre idée me venait à l'esprit. Après tout, j'avais tout mon temps et sortir sous la lune me plaisait tellement que l'idée de rentrer maintenant était exclue de ma tête. Je me mis alors à courir à toute allure vers les arbres. Cela me rappelait quand je devais me cacher des policiers. A cette époque-là, lorsqu’ils commettaient une faute d’inattention, je les égorgeais pour boire leur vie. C'était le bon vieux temps. Je me cachais derrière un arbre fruitier. Me demandant si l'homme allait me suivre où s'il partirait. Je me surprenais même à aimer cette situation. Je courais lentement entre les arbres. M'arrêtant de temps à autre pour souffler.

Je m’adossais finalement à un arbre, reprenant mon souffle. Je riais silencieusement. Mon regard se perdit alors dans la lune. Je l'avais regardé beau nombre de fois. Lorsqu'elle se teintait de rouge, je tuais toute la nuit, comme pour lui rendre hommage. Cela peut paraître bête, mais quand on n'a rien, on se contente de peu, comme un enfant qui joue avec un bâton de bois, moi je jouais avec un katana. Enfin, me comparer à un enfant normal, cela serait peu. J'étais bien plus, j'étais une enfant meurtrière. Une "assassinatrice" comme je disais en ce temps-là. Une assassinatrice professionnelle dans l'art du vampirisme. Et je repartis à nouveau dans un fou rire, plus bruyant cette fois.
Invité
avatar
Invité
Re: Abricots tachés de sang [Pv. Namari Umoo] - Sam 27 Oct 2012 - 13:37
Dans quel merdier s'était il encore fourré? Être aussi maladroit n'était pas dans son habitude, on aurait presque dit qu'une partie de ses compétences s'étaient envolées avec son arrivée dans cette étrange dimension. Un effet secondaire de l'obtention de son pouvoir? Possible, après tout il ne connaissait presque rien de cette puissance inédite qu'on lui avait confié. Ça et le fait qu'il a été des plus imprudents, mais il n'y pouvait rien si la liberté lui avait fait tourner la tête. Maintenant il était là, la tête en bas à faire face à une charmante demoiselle aux cheveux d'or et aux yeux de sang rougeoyant d'une étrange lueur bestiale rappelant à Namari sa propre nature profonde. Elle portait une robe blanche et pure semblable à un linceul avec cette pénombre environnante, plus étonnant elle semblait transporter une arme à ses côtés. Pas moyen de voir de quoi il s'agissait mais ça avait l'air plutôt sérieux. Comment une personne d'apparence aussi innocente pouvait elle mettre si mal à l'aise Namari? Certes, la perspective de se retrouver de nuit, bloqué là où il était et en compagnie d'une inconnue mettait de base en alerte ses sens de jeune voleur mais il y avait autre chose. Bien enfoui au fond de lui une alarme sonnait, lui intimant de se méfier d'elle. Instinct de survie primaire? Peur d'origine animale? Possible, et jusqu'à présent son instinct ne l'avait que très rarement trompé. Et pour en rajouter une couche, elle lui tournait autour en le fixant comme un vulgaire bout de viande. Vraiment, quelque chose puait mais il avait envie de donner le bénéfice du doute à cette inconnue, après tout Namari était assez rouillé pour se manger un arbre alors tout était possible ce soir. Levant un doigt vers le cie.....je veux dire le sol, le jeune familier s'éclaircit la voix et prit la parole.

"Hum, bonjour.....pourriez m'aider à me sortir de là?" dit il d'un air un peu gêné

Namari n'eut que du silence en réponse à son interrogation alors que la demoiselle continuait à lui tourner. Autant parler à un mur quoi, celui sur lequel elle s'était endormie aurait été parfait. Puis, elle s'arrêta, le fixant droit dans les yeux, un étrange sourire carnassier faisant entrevoir deux crocs sur le rebord de ses lèvres. "What the hell?" se dit alors Namari au contact de cette rapeface maison qui n'entachait pourtant aucunement le côté adorable de cette silhouette enfantine. Et puis elle partit en courant, ricanant presque dans sa course alors qu'elle ne s'éloignait en direction d'un rassemblement un peu plus dense d'arbre laissant le manche livré à lui même avec ses pensée et ce sang qui lui montait à la tête ou perlait sur le sol à travers son front tuméfié. Il soupira.

"Pourquoi est-ce que je m'emmerde encore à essayer de parler au reste du monde au fait?" dit il d'un air dépité en tirant sa lame de son fourreau

D'un seul coup il trancha la branche qui le retenait et se ramassa sur le sol. Il se frotta le dessus de la tête qui avait cogné contre la terre dure et se releva en se tenant le dos avant de s'étirer et de faire craquer ses articulations. Il inspecta les environs pour voir une silhouette familière passer d'arbre en arbre au loin. Je réitère cette expression anglaise qui veut tout dire mais "What the hell?!". Namari hésita longuement à suivre ce drôle de petit numéro qui semblait d'humeur très joueuse. Il devait se rendre à l'évidence, il s'ennuyait ferme ce soir et lui aussi était d'humeur à jouer, à faire une petite partie de cache cache sous le clair de lune. Heureusement que l'endroit était quasiment abandonné cette nuit, ses capacités héréditaires ayant du mal à repérer des cibles parmi une foule. Il apposa sa main sur le sol et réussi à percevoir la direction générale vers où elle se déplaçait. En silence, il se mit en route. Vraiment cet endroit était d'un sinistre de nuit, il en aurait presque eu froid dans le dos. Un poil perdu Namari allait arrêter sa recherche quand il entendit un éclat de rire non loin. Tu parles d'une demoiselle discrète, pourquoi riait elle de toute façon? Bah il lui demanderait en temps et en heure. Il repéra facilement l'endroit d'où venait ce bruit et grimpa sur l'une des branches de l'arbres d'un mouvement digne d'un acrobate professionnel, première réelle réussite de la soirée au passage, pour se retrouvé perché juste au dessus de la petite demoiselle. Il siffla pour attirer son attention.

"Trouvée" dit il en quittant son perchoir et en atterrissant à ses pieds "Bon, c'est sympa ces petits jeux et tout mais pourquoi vous êtes vous enfuie en me voyant?"
Invité
avatar
Invité
Re: Abricots tachés de sang [Pv. Namari Umoo] - Dim 28 Oct 2012 - 11:16
J'entendais un sifflement, m'indiquant qu'il m'avait retrouvée. L'homme se posa à mes pieds. Soudainement, je partis dans un fou rire, encore une fois. Je me levais doucement pour me mettre face à lui. Peu importe la manière de le voir, il était bien bizarre. Je tendais la main vers son masque. C'était bien la première fois que je voyais quelque chose comme ça. Lui non plus n'était certainement pas humain. Il l'était peut-être bien moins que moi. Ici, les humains sont moins nombreux que je ne l'aurais cru.

"-Je ne me suis pas enfuie. Pourquoi m'enfuirais-je devant quelqu'un. Je ne pouvais simplement pas te tuer là-bas. Pourquoi crois tu que je t'ai fait venir ici?"

C'était uniquement du bluff. Je n'avais pas l'intention de le tuer mais plutôt de jouer avec. Les humains aiment manipuler les autres humains. J'ai peut-être pris cette habitude d'eux. Mais cette fois, pour faire encore plus vrai, je dégaina mon katana, lentement. Je le pointa vers l'homme, qui était à première vu déjà bien blessé.

Blessé? Du sang... Je lâcha mon katana qui tomba par terre avec un bruit cristallin. Je porta ma main gauche à ma bouche. Mon regard était fixé sur le sang qui coulait de la blessure de cet homme. Mes jambes me portaient vers lui. Depuis combien de temps je n'ai plus sentit cette odeur? Trop longtemps. Quand une bête ne mange plus, lorsqu'elle voit un morceau de viande, peu importe la nature, elle se jette dessus. Et c'est exactement ce que je fit. Je rejeta alors toute l'humanité que je portais encore pour ne laisser transparaître que cette unique facette de moi: une simple bête assoiffée de sang. Je m’accrocha à l'homme et enleva tous les tissus qui me séparaient de son cou. J'ouvris lentement ma bouche et je planta mes crocs dans la chair qui se présentaient à moi.

Comment ai-je pu résister à ça si longtemps?
Invité
avatar
Invité
Re: Abricots tachés de sang [Pv. Namari Umoo] - Mer 31 Oct 2012 - 22:30
Et bien, il était tombé sur un sacré petit morceau de demoiselle. Son allure presque fantomatique et sa façon de s'en aller ainsi pour inciter Namari à la suivre dans son jeu étaient autant d'indices plus qu'évident que quelque chose clochait chez elle, ou qu'elle préparait un mauvais coup et qu'en plus il devait y avoir pas mal d'agitation au grenier. Bref, notre héros était donc là, à observer les réactions de sa "proie" qu'il avait enfin réussi à retrouver. Il attendait en silence sa réponse, son sang bleuté et luisant continuant à perler sur son visage alors qu'il n'essuyait le trop plein du revers de sa manche. Il allait avoir besoin d'un bon gros bandage ainsi que d'un bocal complet d'aspirine en rentrant. D'ailleurs il était étrange qu'elle n'ait pas réagis à une telle particularité en l'ayant vu pendre tout à l'heure, pas tout les jours qu'on voit un mec vous tomber du ciel et saigner un truc zarbe d'apparence radioactive pour les simples d'esprits accrocs de SF et autres oeuvres fantastiques. Mais bon, vu tous les trucs étranges dans cette académie il était possible de passer à côté d'une chose si singulière sans réellement y faire gaffe. Ça devait être des putains de blasés les dieux qui sortaient d'ici quand on y pense. Bref, la demoiselle le fixait aussi de ses grands yeux bestiaux qui pour Namari étaient à croquer, pour les standards d'une chauve-souris du moins. Complètement absorbés par ces magnifiques mirettes il sursauta presque quand elle se mit à s'exprimer, le tirant de force de son petit passage dans les nuages des têtes en l'air à l'aide de sa petite voix qui, malgré sa clarté et apparente beauté, dégageait une forte soif de sang. Elle venait de le menacer de mort, d'exprimer son intention de commettre un meurtre sous le clair de lune. Elle manquait un peu d'assurance à ses yeux mais ce katana sortit et pointé sur lui était des plus crédible. Posée dans son geste, elle avait pointé son arme en direction de son poumon droit, un choix peu judicieux pour une mise à mort. Un brin amusé, souriant, Namari apposa son doigt au bout de la lame en caressant le tranchant sur quelques centimètre et donnant de petits coups de doigts à sa surface pour estimer la qualité du travail sur l'arme en question. Il se mit à se frotter le menton avec son autre main tout en gloussant.

"C'est un sacré coupe choux que vous avez là mademoiselle maiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis...." dit il en guidant la pointe de l'épée en direction de son propre coeur "....ne serait-il pas plus aisé, et efficace, de plonger votre lame par ici?"

C'était loin d'être la première fois qu'il se trouvait dans une telle situation, et ça ne sera surement pas la dernière. Que ce soit avec les autorités, des rivaux ou divers groupes mafieux peu recommandables il aimait prendre ainsi les devant et avoir l'ascendant sur ceux qui en voulaient à son existence de façon à les énerver ou les perturber. Il fallait savoir être malin dans ce monde, et s'attaquer au moral d'autrui ainsi que se montrer impassible face à ce genre de déboires étaient autant d'astuces ajoutées au petit guide de survie de Namari après les avoir expérimentées sur le terrain. Cependant, quelque chose clochait. Il ne ressentait aucune force à travers ce katana, comme si la jeune demoiselle avait reportée son attention sur autre chose, ou se préparait à accomplir quelque chose. Une main posée sur sa propre épée, Namari se tenait prêt juste au cas où mais rien ne l'avait préparé à ce qui allait suivre. L'inconnue lâcha en effet son arme, et elle s'avança vers lui comme hypnotisée par une quelconque influence externe. Comme portée par une force invisible, elle se jeta sur Namari. Sûr et certain qu'elle n'avait pas succomber au charme naturel du Familier, ce dernier tenta de se débattre en vain, elle avait de la poigne la petite. Elle visa son cou, enleva toute entrave sur son chemin à l'aide de ses doigts fins et glacés et planta ses crocs acérés dans la chaire de Namari avant de commencer à sucer le sang de ce dernier. Une vampire! Il avait des doutes mais maintenant il avait la confirmation à la dure de cette théorie. Il hurla un bon coup, et se mit à pousser de toute ses forces mais rien à faire.

"Lache moi! Lache moi! MAIS LACHE MOI BORDEL!" Se mit il à hurler en se débattant

Elle avait beaucoup plus de force que ce que laissait présager son petit corps, il ne pouvait la faire desserrer son étreinte à la régulière. Il détacha donc sa cape et l'utilisa pour se faufiler hors de son influence en utilisant son corps de voleur flexible. Les dents de la demoiselle laissèrent une belle petite entaille en se retirant ainsi, mais c'était mieux que rien. Tiré d'affaire, il lança la cape sur elle pour l'aveugler et lui laisser le temps de l’immobiliser. Un bon croche patte, une prise de judo et une lame sous la gorge aidèrent à calmer le jeu. Bien appuyée sous le menton de l'inconnue, l'épée dorée éraflait sa peau d'où coulait un fin filet de sang. Et non, Namari n'allait pas y gouter. C'est dégueulasse pour un humain de faire ça! Oui il était pas humain le gars, je suis au courant. Toutes les chauves-souris ne sont pas des "vampires" vous savez, la majorité est même insectivore. Lui, il provenait d'une souche frugivore et il n'appréciait pas qu'on le confonde avec un casse-croute. Un brin énervé, saignant de deux endroits à présent et vérifiant si l'arme de la demoiselle était bien hors de portée, il s'exprima sur un ton sec.

"Bon que vais-je faire de toi? C'est pas très cordial de me prendre pour une bouteille de jus de tomate l'amie. Vas tu te calmer ou dois je te couper la tête et te planter un pieu dans le coeur? Je comprends que tu puisses être affamée mais faut pas exagérer quand même."
Invité
avatar
Invité
Re: Abricots tachés de sang [Pv. Namari Umoo] - Jeu 1 Nov 2012 - 9:56
Le flux du sang remplissait bientôt ma gorge. Je me laissais abandonner par cette sensation qui avait manqué à mon existence. Je sentais le corps de... la... créature, se débattre sous mes crocs. Qu'importe, on ne me dérange pas en plein repas! Tout à coup, par une manœuvre qui m'est inconnue, il réussit à me renverser dans un laps de temps qui pour moi ressemblait à un éclair. Sa lame était maintenant sous ma gorge. Je tournais lentement le regard vers l'homme qui se trouvait au bout. Il avait le dessus et cette situation me déplaisait au plus haut point. De savoir que cette créature faisait couler mon propre sang, je ne pouvais pas le supporter.

"Bon que vais-je faire de toi? C'est pas très cordial de me prendre pour une bouteille de jus de tomate l'amie. Vas tu te calmer ou dois je te couper la tête et te planter un pieu dans le coeur? Je comprends que tu puisses être affamée mais faut pas exagérer quand même."

Et en plus... il jouait avec moi. Je crachais le reste de sang que j'avais dans la bouche. Comment pouvait-on vivre avec un tel sang? Son gout n'égalait en rien celui des humains. Moi qui pensais trouver dans cette académie quelques élèves aux sangs bien meilleurs et bien je m'étais bien trompée. J'attrapais la lame à pleine main, mon sang coulant de cet endroit-là à présent. Mon regard se plongea dans le sien, plus déterminée que jamais. Je me relevais comme je pouvais malgré la pression qu’exerçait mon adversaire. Je finis par me retrouver sur mes pieds tant bien que mal. Je me reculais. Je ne supportais pas perdre et je ne quitterais pas ces lieux tant que la victoire ne sera pas mienne. J'attrapais une poignée d'abricot que je lui lança. Ces abricots contenaient une substance bien étrange, et je me rappelais la réaction de mon sang sur l'un d'entre eux. Je visualisais mon katana, jonchant sur le sol. Je courus le récupérer et me remettre hors de portée de l'"homme". Je devais jouer prudence, mais après tout, je ne vois pas pourquoi je perdrai.

"-Une personne au sang... dégueulasse, ne peux mériter de vivre!"

Je n'avais trouvé aucun autre mot pour décrire le sang de cette créature. Certes j'en avais bu beaucoup, mais j'étais bien assoiffée. Si j'avais eu le choix, jamais je n'aurais bu ce sang-là. Déjà, la couleur aurait dû me repousser, mais ma soif avait été plus grande. On ne peut lutter contre ses instincts. Un petit grognement m'échappa. J'avais vécu toute ma vie dans la rue, à tuer pour survivre, ce combat ne serait pas bien différent, il me suffira juste de me rappeler ce temps-là. J'empoignais mon katana que cette fois, je ne lâcherai pas. Je remis mon casque en place et je souris à mon nouvel adversaire.

"-Mikale... Mikale Mijin! Souviens-toi du nom de celle qui te tuera une seconde fois!"

A vrai dire, je me fichais bien de savoir son nom. Je n'ai jamais demandé le nom de tous les gens qui ont péris sous mes crocs. Pour celui-là, ce sera bien différent. Je ne replongerai jamais mes crocs dans sa chair. Je mis mon pied droit en arrière, prenant appui sur le gauche, au moindre mouvement de ma cible, je quitterai mon poste. Ma stratégie n'était pas encore toute trouvée, mais pour ce genre d'adversaire, attaquer de face serait maintenant impossible. Des attaques rapides, comme mon premier assaut, voilà ce qu'il fallait! Je regardai le paysage autour de moi, il n'y avait que des arbres, personne pour me gêner dans mon meurtre. J'essuyais d'un revers de la main le sang qui avait coulé de ma plaie au menton. Je garderai ainsi le souvenir de quelqu'un qui se serait retourné contre moi. J'observais minutieusement les moindres réactions de la créature, plutôt pas mal, il faut l'av... Quoi?! J'ai jamais pensé ça!! Je me déstabilisais toute seule... Même s'il est vrai qu'à y repenser... Il n'était pas si moche que ça, il était même plutôt... Plutôt rien du tout. Je secouais rapidement la tête. Pourquoi penser à ça maintenant? Des hommes beaux j'en ai tué des centaines! Dommage que celui-ci est un sang qui me déplaît.
Abricots tachés de sang [Pv. Namari Umoo]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Fait attention, les tâches de sang ne partiront pas de ton uniforme.
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» création de sang
» PAS DE FAUX RHUM , SANG , KAKA , KOK .......

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Parc aux abricots-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page