Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

La nuit de trop...

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
La nuit de trop... - Mar 23 Oct 2012 - 12:46
Clap !
Assise contre le mur du bâtiment servant d'internat aux pensionnaires divins, éclairée par les quelques lampes ou lampadaires encore allumés à minuit, Maya pose son crayon sur le sol. Il commence à rouler, rouler, pour finalement venir buter contre son pied. Elle soulève d'ailleurs légèrement son talon pour coincer le crayon sous sa chaussure. L'apprentie déesse regarde son journal avec des yeux plutôt fatigués. Septième journée sans sommeil... si on oublie les périodes de cours soporifiques. Après avoir vécu un peu plus de deux ans dans la « peau » d'une âme errante, jour et nuit à veiller sur les siens... il faut avouer que le sommeil paraît n'être qu'une perte de temps inacceptable. Pourtant, l'adolescente ne serait pas contre retrouver le confort d'un matelas et de couvertures chaudes. Un jour peut-être.

Elle vient d'écrire ses souvenirs. Des petits mots à elle-même, au cas où sa mémoire finirait par lui jouer des tours. Le plus important dans la vie, c'est de la consommer avec toute sa tête. Qui sait si Maya a encore tous ses moyens après sept nuits blanches ? Qui sait combien de temps peut vivre une déesse sans repos tout en gardant 100 % de ses capacités mentales ? Pas elle-même en tout cas.

Maya replie ses genoux contre elle et les entoure de ses bras. Ainsi, elle se réchauffe et se donne la tendresse et la douceur qui lui manque en cet instant. Un coup d’œil à gauche et à droite, il n'y a évidemment personne. Normal, il n'y a rien à voir de ce côté du bâtiment... ce n'est pas pour rien qu'elle l'a choisi. C'est très calme, juste éclairé comme il faut pour pouvoir lire et écrire sans trop forcer sur les yeux. De tant à autres, un papillon de nuit passe à quelques mètres. Un papillon... ça a toujours un vol joyeux, non ? Exactement le contraire de Maya depuis qu'elle est arrivée dans cette académie. Il y a bien le padre et les quelques camarades qu'elle s'est trouvée... elle a bien eu quelques réponses à ses questions... mais il manque encore le petit déclic.
Tout récemment, le jour-même plus précisément, elle a appris que d'autres étudiants avaient le pouvoir de la matérialisation par le dessin... mais qu'ils étaient arrivés après elle. C'est le genre de surprise dont on aimerait bien se passer. Tout à fait le genre de tacle que pourrait lui infliger le Dieu tout puissant : « N'étant pas toi-même compétente, j'en appelle à d'autres âmes qui, elles, pourront faire le boulot que je leur demande ». Maya se sent incompétente, tout juste bonne à rassembler les gens autour d'elle. Mais ici, ça ne doit pas être bien utile... toute cette école, ces classes, ces cours, ça ressemble à une compétition géante. Le dernier debout gagne le droit d'avoir été assez con pour se retrouver tout seul.

Elle divague et rouvre les yeux qu'elle avait clos involontairement. Maya se passe ses mains sur son visage pour se détendre, puis se relève et s'étire. Crayon et journal fourré dans son sac en bandoulière, l'apprentie déesse entame un petit footing nocturne pour se remettre d'aplomb. Il paraitrait qu'il est interdit de rester dehors après 22h... comme si ça avait une quelconque importance. Qu'on la punisse, histoire de s'amuser...
Ses chaussures frappent les gravillons à intervalles réguliers... provoquant au passage une sonorité assez agréable. Elle court, traversant les différentes places les unes à la suite des autres. Tout ça pour revenir à son point de départ... ou plutôt juste devant l'entrée de l'internat. Elle ralentit alors, puis finit par s'arrêter. En se penche en avant et pose ses mains contre ses genoux pour reprendre son souffle.


- Pfiou ! Rien de tel... pour s'amuser !

C'est avec un sourire retrouvé qu'elle reprend confiance en elle. Après quelques étirements, la voilà fin prête à... passer sa septième nuit totalement éveillée et dans une forme d'enfer !
L'adolescente s’essuie le front avec sa manche. Elle tourne les yeux vers l'entrée de l'internat... et s'y dirige machinalement, histoire de voir. La porte n'est pas close, Maya se faufile donc à l'intérieur du bâtiment. Il y fait largement plus doux... mais également plus sombre. Mais elle n'allumera pas les lumières pour ne réveiller ou n'alerter personne. Elle préfère marcher à tâtons et se diriger presque au hasard. Une porte pour les escaliers qu'elle grimpe sans véritablement réfléchir. Premier étage, second étage... ainsi de suite jusqu'à arriver au bout. La décoration est assez classieuse là encore, comme dans tout le reste de l'académie. Maya déambule dans les couloirs pour finalement atteindre le fond du fond.
Que faire maintenant ? Il doit être environ une heure de matin. Regarder la vue qu'on a d'ici ?
Notre jeune apprentie ouvre donc une fenêtre, pose ses coudes et ses bras sur le rebord et passe sa tête dehors. C'est assez haut... et un courant d'air froid la fait frissonner. Cet air s'imprègne sur sa peau et ses vêtements, la faisant bientôt claquer des dents. Elle se réchauffe en frottant ses bras à tour de rôle, mais ça ne sert pas à grand-chose. Finalement, elle referme la fenêtre sans vraiment avoir pris le temps d'observer le paysage. Maya retire son sac en bandoulière, le pose à côté d'elle, puis s’assoit dans un coin, ramène les genoux contre elle et entreprend de se réchauffer.

Bizarrement, elle n'a plus de force... contrairement à ce que sa forme d'enfer devait présager.
Elle baille. Sa conscience s'avouant vaincu face au reste de son corps, l'étudiante s'allonge à-même le sol, en position fœtale, et garde les yeux ouverts encore quelques secondes.


- Bonne nuit Maya...

La jeune femme ferme les yeux, imagine une personne lui déposer un baiser sur la joue et lui caresser les cheveux... puis s'endort ici sans demander son reste.
Invité
avatar
Invité
Re: La nuit de trop... - Sam 1 Déc 2012 - 15:59

Cela faisait une petite semaine qu'Abbie était en ces murs, et pour palier à cette perdition qui la rongeait au plus profond, elle avait décidé de tout refouler. La mort de Cassandra, la sienne, et tous les déboires qui avait fait de sa vie une qu'on ne désire pas tant elle est houleuse, mais elle ne s'en plaignait pas, se disant qu'il y avait pire peut être? Non, en fait, elle ne pensait même pas à ça. Pour mieux accepter chaque chose qui passait sans qu'elle ne puisse malgré tous ses efforts la maitriser, elle l'acceptait juste comme une chose indubitable, à laquelle elle devait juste s'adapter et puis quoi? Elle était en vie non ? Enfin si on pouvait le dire. Une semaine à ressasser tout ça. Elle avait besoin de prier ... besoin de se vider doucement , en parlant à Fei-Yan, cet esprit qu'elle avait créé étant ado ,et qui lui servait de confident, un peu comme un dieu privée, un ange gardien , dont le pendentif argenté lui ornait le cou. Elle venait de rendre un tas de bouquin à un élève qui avait oublié ses affaires dans son premier jour de cours. L'internat. Elle ne chercha pas à comprendre et monta à l'étage , puis au dessus, jusqu'au toit et s'assit , là , sur un énorme tuyau propre et chaud ou passé l'air du dedans pour le système d'aération. Tout de blanc vêtue, comme à son habitude, on aurait dit un fantôme noble qui arpentait les couloirs sombres pour s'évaporer vers le ciel...

Une écharpe épaisse lui cachait la moitié du visage, sa peau pâle , et ses yeux bleus clairs aux yeux maquillés fixaient lentement le paysage au dessous, prés du bord. Elle n'avait pas le vertige. Pourquoi l'avoir si on est immortel. Sa main fine aux ongles vernis de rose pale se dirigea sous son écharpe et se renferma sur le dragon ailé qui ornait son cou. Elle leva les yeux sur le ciel... Un vent froid lui chatouillait les joues... Une voix claire et calme s'éleva dans les airs:

" Fei-Yan... ça fait combien de temps que je ne t'ai pas adressé une prière...? Que je ne me suis pas inquiété de savoir comme tu vas... Je ne sais même pas si tu es dans ce monde et encore plus haut , puisqu'apparemment je suis montée d'un cran... dans l'évolution des espèces. Je suis quoi aujourd'hui d'ailleurs? Est-ce que tu le sais? On parle d'apprenti dieu et j'ai vu certains faire des choses insensées. Alors je sais que de tout mon coeur j'espère que le monde des humains ne soit pas si formel et sans rêve... Je sais aussi que j'aurais souhaité plus que tout voir un dragon dans ma vie humaine, ce qui impliquait que le monde ne soit pas si logique et cartésien qu'on s'entête à le montrer... Et toi tu m'envoies ici? Est-ce toi qui a décidé ça? Pourquoi? Je n'ai même pas été foutu de sauver mon père... mamie Fheyth, et maman est malade. Cassandra est morte et tout ce que j'attire profondément ne sont au final peut être pas de bonnes fréquentations... Je sais que j'ai des tares et que je suis parfois un peu... pénible voir insupportable... Pas franchement prévisible et ô combien trés altruiste mais pourquoi m'avoir donner une autre vie plus longue alors que tu sais trés bien que je vais encore m'empoisonner de moi même avec l'amour que je donne aux autres sans compter, sans jamais recevoir ou presque ? C'est une torture t'en a conscience...? Ok , tu as aussi conscience que j'aime la vie plus que tout et que je ne me laisse jamais abattre , mais franchement ... pourquoi est-ce qu'ils n'ont pas pris Cassandra avec moi? T'as une explication ? Une raison ? Je me dis que dans une vie antérieure j'ai du être une véritable plaie, ,j'ai du tuer des gens ou en torturer d'autres. Et puis... si ça se trouve tu es dans ce monde... si ça se trouve je te croise tous les jours et tu ne t'arrêtes même pas...." *soupir* " Je ne sais même pas si je vais y arriver.... Je suppose que tu avais prévu ça depuis le début. M'endurcir jusqu'au bout , tout ce travail sur moi même pour m'oublier.... et pour mourir de cette manière ... pour renaitre ici...? C'est cruel... Même si je t'aime.... Je te laisse tranquille. J'espère que tu vas bien , je vais rentrer. Veille juste sur eux. Tous. Ils sont déjà morts une fois , c'est bien suffisant... Bonne nuit Fei-Yan. "

Elle embrassa doucement son pendentif dans son écharpe et resta là , quelques minutes à observer les étoiles, puis se leva , et parcourut le toit , comme pour sonder si quelqu'un avait besoin d'elle. Là , un type qui était heureux et rentrait vers le dortoir des professeurs, là bas , le jardinier qui travaillait de nuit .. bizarre, mais il ne semblait pas malheureux... Elle sourit et redescendit par la petite porte avant de s'arrêter devant un petit corps. La silhouette blanche , fine et son visage apaisant et pâle s'était stoppé devant le petit chat à la rue qu'était cette môme qui dormait dans le couloir. Abbie, défit son écharpe blanche et s'accroupit doucement , ses talons de bottes blanches tintant un peu sur le sol. Une main fraiche et fine s'introduisit dans les mèches de la môme et elle les poussa pour la mettre à plait sur son front:

" Hey.... réveille-toi... tu ne peux pas reste ici cette nuit, il va faire très froid..."

D'un geste calme et lent, elle posa l'énorme écharpe chaude sur le corps de la gamine, et lui laissa s'imprégner de l'odeur d'amaryllis et de bois épicé qu'elle contenait... Abbie releva le col de fourrure de son long manteau blanc en peau tannée, et sourit gentiment:

" Tu n'as pas de chambre ? Tu veux boire quelque chose de chaud ?"



♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La nuit de trop... - Dim 2 Déc 2012 - 21:35
« Hey »... le genre de mot qui ne peut provenir de la bouche que d'une personne. Maya ouvre les yeux pensant trouver cette personne... et finalement non. C'est une parfaite inconnue, assez âgée pour que l'apprentie Déesse puisse l'identifier comme étant repentie ou prof.
Maya referme les yeux. Elle n'a eu le loisir que de dormir une dizaine de minutes, pas assez pour entrer dans le monde des rêves. Forcément, elle se sent mal et n'a aucune envie de produire un effort, aussi minime soit-il. D'ailleurs, elle nage entre la conscience et l'inconscience... difficile d'écouter et réfléchir dans ces conditions. Il lui faut donc bien une minute pour comprendre que quelqu'un l'a abordé. À ce moment précis, son cerveau la réveille complètement grâce à une montée d'adrénaline extraordinairement opportune : d'un sursaut, la jeune femme se redresse et rouvre les yeux. Oui elle a des cernes sous les yeux, oui son air reste très endormi... mais son cerveau refonctionne du feu de Dieu. Hum...

Coup d’œil sur la gauche puis sur la droite. Les deux femmes se trouvent dans un couloir, celui de l'internat. Maya reporte donc son attention sur cette femme et la reluque de la tête au pied. Adulte au visage séduisant, elle apparaît assez distinguée. Si l'histoire ne se déroulait pas dans une académie d'études, cette femme serait certainement dirigeante d'entreprise ou équivalent. L'intelligence se lit sur son visage... mais méfiance, mieux vaut ne pas appartenir au genre sexuel qu'elle convoite. Maya se doute que cette femme est beaucoup plus maligne qu'elle. Une manipulatrice, peut-être ?
Aucun doute, c'est le manque de sommeil qui donne cette impression étrange.
Maya essaye donc de se reprendre en se frottant les yeux et en répondant de manière franche.


- Pas de chambre... oui et non...

L'apprentie Déesse se relève et étire ses bras, ses mains et ses doigts. Comme d’habitude, son interlocutrice est plus grande qu'elle... quoique pour une fois, pas autant que ça. Leur différence reste donc l'âge, tout simplement. Et le charisme. Et la beauté. Et la gentillesse. Bon... c'est une adulte qui a vécu beaucoup plus de choses et beaucoup plus longtemps, ici ou même sur Terre... donc Abbie est et restera supérieure en tout point. Aussi farfelu que cela puisse paraître, de par son physique, cette femme tient Maya en respect.
Il lui faut raconter la chose de manière la plus compréhensible possible. Si c'est une enseignante et qu'elle est aussi attentionnée qu'elle veut le faire paraître, cette femme voudra tout savoir dans les moindres détails. Alors, pourquoi Maya dort-elle dans un couloir ?


- Ce serait plutôt quelque chose comme... une décision commune. D'un côté, on me chasse parce qu'on ne m'accepte pas réellement mais de l'autre, c'est moi qui préfère m'enfuir. En fait, je n'ai pas vraiment tenté de cohabiter... pas encore. J'ai proposé à quelqu'un mais je dois lui laisser le temps... il... cette personne a du mal à se décider. Quand on sait que c'est « pour la vie »...

Que Maya dise tout, c'est un fait, mais aucun nom ne sortira de sa bouche. Ce n'est absolument pas son truc de dénoncer. D'ailleurs, elle en a déjà dit trop. Elle ne se laissera pas non plus convaincre de quoi que ce soit : c'est son choix, elle l'assume. Après tout, il ne lui reste plus qu'une nuit à passer dehors avant d'obtenir la réponse de cette dite personne. Que cette dernière accepte ou non, Maya dormira au chaud la nuit prochaine. Jusque là...

- Donc effectivement, il faut résumer ça par : « je n'ai pas de chambre ». conclu-t-elle en fermant les yeux forts pour retenir un bâillement. Je ne sais pas pourquoi je me prend la tête à vouloir penser le contraire... le résultat est là.

Il y a également mille autres choses qu'elle aurait pu faire plutôt que dormir dans un couloir. Rien que les lits de l'infirmerie auraient pu suffire, mais Maya n'est pas malade. Toutes les excuses sont bonnes pour être mises de côté : ce train de vie est la seule solution mentalement acceptable qu'elle a trouvé. Maintenant... il ne reste plus qu'une nuit et il y a cette femme.

- Vous êtes surveillante ? Vous allez me sanctionner pour ne pas être dans ma chambre ? fait alors Maya en regardant Abbie dans les yeux.
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: La nuit de trop... - Mer 2 Jan 2013 - 15:45
Rp abandonné.
Abbie Leah : 70 xps
Maya Tensho : 140 xps
La nuit de trop...
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une nuit irréelle dans un monde trop cruel. '' Lyleïa&Swann "
» A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes !
» La nuit du renouveau.
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» FIDJI canichou abricot 17 ans abandonné car trop vieux (76)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page